MST

Cervicite

Sommaire

À noter : depuis 1999, l'Organisation mondiale de la santé préconise de remplacer l'acronyme MST par IST (Infections sexuellement transmissibles) afin de signifier que, contrairement à une maladie, on peut être porteur d'une infection sans en présenter les symptômes.

La cervicite, proche de la vaginite, est une inflammation touchant le col de l'utérus. Elle figure parmi les symptômes possibles de MST (ou IST) chez la femme.

Qu'est-ce que la cervicite ?

La cervicite est une inflammation au niveau du col de l'utérus, signalant presque toujours une IST. Elle est due à une bactérie, un virus ou un parasite et apparaît sur une muqueuse fragilisée.

Causes de la cervicite

Les mêmes micro-organismes responsables de la vaginite peuvent provoquer une cervicite. Cela est dû notamment au fait de la proximité du vagin et du col de l'utérus. En effet, le col joue le rôle de barrière pour les infections. Mais s'il est atteint, l'utérus peut être également touché et, au-delà, le vagin. L'association d'une cervicite et d'une vaginite est donc également possible.

On peut lister les causes de cervicite suivantes :

  • infections lors des rapports sexuels (chlamydia, gonococcie, virus de l'herpès vaginal, trichomonase...) ;
  • réactions allergiques (à un spermicide contraceptif ou au latex de certains préservatifs, par exemple) ;
  • dispositif inséré dans la région pelvienne : cape cervicale, pessaire (prothèse visant à soutenir l'utérus)...

Bon à savoir : la Haute autorité de santé (HAS) recommande un dépistage annuel des infections à Chlamydia trachomatis des femmes de 15 à 25 ans, ainsi qu'un dépistage opportuniste des hommes sexuellement actifs avec des facteurs de risque, des femmes sexuellement actives de plus de 25 ans avec des facteurs de risque et des femmes enceintes consultant pour une IVG (communiqué de presse de la HAS du 23 octobre 2018).

Manifestations de la cervicite

La cervicite peut être asymptomatique (ne présenter aucun signe indiquant la présence de l'infection). Mais la plupart du temps, elle s'accompagne des manifestations suivantes, très similaires à la vaginite :

  • une leucorrhée (écoulement provenant de l'appareil génital féminin) :
    • jaunâtre et abondante (cervicite à gonocoque),
    • sanguinolente (cervicite à Chlamydia trachomatis),
    • verdâtre et malodorante (cervicite à Trichomonas vaginalis),
    • blanchâtre et grumeleuse (cervicite à Candida albicans) ;
  • un prurit (démangeaison) vulvaire, voire un œdème vulvaire ;
  • des brûlures vaginales ;
  • une douleur à la miction (moment où l'on urine).

Si une cervicite n'est pas traitée ou mal traitée, il existe une complication possible : la PID (maladie inflammatoire pelvienne), une infection des organes reproducteurs féminins :

  • Elle a lieu lorsque l'infection de la cervicite se propage à la muqueuse utérine et aux trompes de Fallope.
  • Au-delà des douleurs pelviennes, de la fièvre et des pertes vaginales, le plus grand risque est celui de l'infertilité.

Diagnostic et traitement de la cervicite

Du fait de sa similarité avec la vaginite, la cervicite devra être confirmée par un diagnostic chez le médecin, puis traitée comme telle par des médicaments adaptés.

Diagnostic

Le diagnostic de la cervicite passe par plusieurs actes médicaux auprès de son gynécologue :

  • une colposcopie (examen au spéculum, outil médical permettant d'observer les cavités de l'utérus notamment) pour constater l'inflammation du col de l'utérus ;
  • un prélèvement vaginal qui permettra d'identifier le germe en cause ;
  • enfin, un frottis vaginal en vue de contrôler l'éventuelle présence de cellules cancéreuses.

Bon à savoir : avant de vous rendre chez votre médecin, évitez de porter un tampon ou de vous doucher, ce qui l'empêcherait de bien évaluer les pertes vaginales.

Traitement

Le traitement de la cervicite est basé sur la prise d'antibiotiques (par voie locale – ovule – ou orale, dans les cas plus sérieux). Sa durée peut aller jusqu'à 10 jours si le germe responsable de la cervicite est sexuellement transmissible (chlamydia, Candida albicans, par exemple). Enfin, étant donné qu'il s'agit d'IST, les partenaires sexuels devront être également traités simultanément.

Si on se base sur les nouvelles recommandations de la HAS, les cervicites (tout comme les urétrites non compliquées) se traitent avec :

  • une injection unique de ceftriaxone en cas d'infection gonococcique ;
  • de la doxycycline pendant 7 jours ou une dose unique d'azithromycine en cas d'infection due aux Chlamydiæ.

Chez les hommes ayant des relations homosexuelles, l’administration dans les 72 heures après un rapport sexuel de doxycycline semble efficace pour réduire de plus de deux tiers la transmission de la gonococcie et de Chlamydia trachomatis.

Notez que les sages-femmes peuvent aujourd’hui prescrire le dépistage et les traitements d’une infection sexuellement transmissible à leurs patientes et à leurs partenaires sans avoir besoin d’en référer au médecin traitant (article L. 4151-4 du Code de la santé publique).

Source : HAS, 27 août 2021, dans le cadre du plan national pour la maîtrise de l’antibiorésistance.

Ces pros peuvent vous aider