MST

Diagnostic de l’hépatite B

Sommaire

 

Si votre médecin suspecte une hépatite B, en présence ou même en l'absence de symptômes, il sera amené à vous examiner et demander un dépistage grâce à des tests biologiques. Cela lui permettra alors de poser un diagnostic de l'hépatite B en question, son évolution et les traitements possibles. Toutefois, contre le VHB, la solution la préventive la plus efficace reste à ce jour le vaccin.

À noter : depuis 1999, l'Organisation mondiale de la santé préconise de remplacer l'acronyme MST par IST (Infections sexuellement transmissibles) afin de signifier que, contrairement à une maladie, on peut être porteur d'une infection sans en présenter les symptômes.

Dans quels cas le dépistage de l'hépatite B est-il essentiel ?

Le médecin peut demander des tests biologiques afin de mener un dépistage de l'hépatite B. Cette démarche est utile car le virus peut endommager de façon irréversible le foie. Ces tests sont souvent effectués en cas de :

  • vie avec une personne atteinte d'hépatite B ;
  • relation sexuelle avec une personne atteinte d'hépatite B ;
  • résultats anormaux lors d'une recherche des enzymes hépatiques ;
  • patient atteint par le VIH ou l'hépatite C ;
  • migrants venant de régions à forte endémie ;
  • toxicomanie ;
  • patient dialysé (technique permettant de filtrer le sang des personnes dont les reins ne fonctionnent plus normalement) ;
  • femme enceinte.

Bon à savoir : le décret n° 2019-112 du 18 février 2019 élargit les missions des services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé. Ces services peuvent désormais prescrire aux étudiants un dépistage des hépatites et orienter vers des professionnels de santé pour une prise en charge adaptée. Ils peuvent également assurer la prescription et la réalisation de vaccinations dans le respect du calendrier des vaccinations en vigueur (article D. 714-21 du Code de l'éducation).

Diagnostic biologique de l'hépatite B

Le diagnostic clinique du VHB n'est pas toujours possible (absence de symptômes). Pour autant, il est important de ne pas passer à coté d'une atteinte hépatique grave. Le diagnostic du médecin sera alors principalement biologique.

Examens biochimiques

Le foie est l'organe touché en cas d'hépatite B. Par conséquent, le dosage des enzymes du foie permettra d'identifier une atteinte des cellules hépatiques. Au cours de ces examens biochimiques, on pourra ainsi retrouver :

  • Une élévation des transaminases (enzymes qui interviennent dans le métabolisme hépatique notamment) dont les types ALAT seront alors plus élevés que les types ASAT (5 à 20 fois supérieur à la normal).
  • Une augmentation des phosphatases alcalines et des gamma-GT (d'autres enzymes présentes notamment dans le foie et pouvant servir d'indicatrices).

Examens virologiques

Les examens virologiques, c'est-à-dire recherchant la présence du virus dans le corps, permettent de poser également le diagnostic du VHB. Ces tests reposent sur la recherche :

  • des anticorps (grâce à un test sérologique) ;
  • de l'ADN du virus de l'hépatite B (via un test de biologie moléculaire par PCR).

Ces examens indiquent, par ailleurs, si l'infection est aiguë ou chronique, récente ou ancienne, et quantifient l'extension virale.

Bon à savoir : le TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) permet d’avoir un résultat en 30 minutes maximum; il est effectué dans les centres de dépistage. Un arrêté du 16 juin 2021 fixe les conditions de réalisation de ces tests en milieu médico-social ou associatif et autres centres et établissements autorisés.

Interprétation des résultats

Le diagnostic et le stade de la maladie peuvent être déterminés en détectant la présence du virus lui-même et/ou des anticorps fabriqués par l'organisme pour le stopper. Il est par ailleurs possible de déterminer si l'infection est aiguë, chronique ou ancienne :

  • Antigène HBs positif : infection aiguë ou chronique ;
  • Antigène HBe positif : infection en cours ;
  • Anticorps anti-HBs positif : guérison et/ou patient protégé contre le virus après une infection ou une vaccination ;
  • Anticorps anti-HBc positif : selon le type d'anticorps que l'on retrouve, on sera capable de savoir :
    • si l'infection est récente (anticorps de type IgM) ;
    • si elle est ancienne (absence d'anticorps de type IgM et absence de l'antigène HBs) ;
    • ou si elle est chronique (les anticorps de type IgM sont absents, mais l'antigène HBs est toujours présent).

Bon à savoir : les appellations Hbs et HBc indiquent des protéines qui composent le virus de l'hépatite B, « s » correspondant à une protéine de l'enveloppe viral et « c » à la capside virale.

Vaccin contre l'hépatite B

Le vaccin est obligatoire pour certaines populations : professionnels de santé, personnes transplantées, etc.

De plus, du fait de sa pénurie relative en France, certaines autres populations sont considérées comme prioritaires : partenaires sexuels de personnes atteintes, personnes sous dialyse, etc.

Ces pros peuvent vous aider